Un grand navire, et une plus grande aventure encore!

Bienvenue au NCSM Haida

(PDF, 1.4 Mb)

Téléchargez le guide du visiteur dans d'autres langues ci-dessous !


La sécurité à bord

  • Faites face à toutes les échelles en montant et en descendant 
  • Marchez avec précaution puisque les obstacles sont nombreux
  • Les ponts sont glissants lorsqu'ils sont mouillés 
  • Faites attention à votre tête dans les zones à faible hauteur

Veuillez suivre les flèches et les numéros pour voir tous nos expositions et nos montages.

Visite auto-guidée

  1. Coupée
    Enregistrez et déposez votre livret de marin ici.
  2. Tube lance-torpilles
    Le seul armement restant de 1943, les quatre torpilles tournaient et faisaient feu par-dessus le bord du navire.
  3. Canons doubles de quatre pouces à tir vertical
    Ces canons antiaériens pouvaient tirer jusqu’à 15 km (la distance d’ici à l’aéroport de Hamilton).
  4. Poste des officiers mariniers
    Environ 20 officiers mariniers, qui supervisaient les équipes de métier, y vivaient. Il abrite désormais une vitrine sur la carrière du navire.
  5. Carré des officiers mariniers supérieurs
    Les quartiers des chefs de métiers spécialisés.
  6. Salle des opérations
    Le centre d’information du navire, qui abrite le sonar et le radar, la navigation et la timonerie aménagée pour la conduite. Demandez au personnel pour y avoir accès.
  7. Chambre de veille du commandant
    Le commandant y mangeait et y dormait lorsqu’il se trouvait en mer.
  8. Pont
    Le centre de commandement du navire – les tirs d’armes, la navigation et la communication y étaient orchestrés.
  9. Pont du pavillon de signalisation
    Des drapeaux et des fanions alphabétiques et numériques étaient hissés pour transmettre des messages à d’autres navires ou à la rive.
  10. Passavants
    Ajout apporté en octobre 1944 afin de rendre plus sûrs les déplacements autour du navire.
  11. Canons boffin de 40 mm
    Ces canons antiaériens datant de 1949 pouvaient être utilisés pour faire feu sur des cibles à faible inclinaison dans l’eau.
  12. Poste de gouvernance d'urgence
    L’une des six façons possibles de diriger le navire,utilisée lorsque la timonerie était hors service.
  13. Armes antiaériennes et de surface de 3po/50 calibres
    Ce canon automatique à guidage radar, installé après 1949, pouvait tirer jusqu’à 80 coups par minute.
  14. Mortier anti-sous-marin squid
    L’arme anti-sous-marine du navire, installée après 1949. Le navire utilisait des grenades sousmarines auparavant.
  15. Salle de manutention squid
    La gaine d’ascenseur située au milieu de la salle permettait de soulever les projectiles pour mortier sous-marin de la soute à munitions située deux ponts plus bas.
  16. Ponts du carré des officiers
    Comparez ces conditions de vie luxueuses pour les officiers à celles des marins de grade inférieur.
  17. Cabine de jour du capitaine
    Les quartiers du capitaine, avec une salle de bain privée et un bureau.
  18. Infirmerie
    L’hôpital ou l’infirmerie du navire, supervisé par l’artificier médical du navire.
  19. Bureau de l'ingérierie et cabine, KVA, et radio 2
    L’endroit où le chef mécanicien travaillait et dormait, le groupe électrogène, salle des radios de secours.
  20. Salle des machines
    Deux moteurs à turbine à vapeur pouvaient atteindre une vitesse de 36,5 noeuds ou 67 km/h.
  21. Bureau du lutte contre les avaries
    L’autorisation d’ouvrir les écoutilles menant aux ponts inférieurs était accordée à partir de cet endroit.
  22. Cuisine principale
    Trois ou quatre cuisiniers y travaillaient afin de préparer les repas de plus de 200 hommes.
  23. Poste émetteur
    Ici, les données étaient transmises à l’horloge de contrôle de tir de l’Amirauté pour orienter les canons.
  24. Ponts avant
    Les quartiers de l’équipage du navire, où 200 hommes mangeaient, dormaient et se reposaient.
  25. Radio 1
    Le principal centre de communication, où les messages étaient décodés et envoyés à leur destinataire.

Explorez le NCSM Haida

Le Navire canadien de Sa Majesté Haida, le dernier des 27 destroyers de classe Tribal au monde, a été mis en service en 1943 par la Marine royale canadienne (MRC) pour la Seconde Guerre mondiale. La carrière du navire s’est étendue sur une période de 20 ans couvrant la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide et la guerre de Corée.

De 1943 à 1945, pendant la Seconde Guerre mondiale, le NCSM Haida a coulé ou endommagé un plus grand nombre de navires que n’importe quel autre navire canadien. Le navire a reçu des honneurs de guerre pour son service dans l’Arctique, la Manche, l’invasion de la Normandie et le Golfe de Gascogne.

De 1952 à 1954, le NCSM Haida a patrouillé les eaux coréennes pendant et après la guerre de Corée ou elle a reçu son cinquième honneur de guerre s’est joint au Trainbusters Club, un club sélect de navires de l’ONU. Pour être admissible, un navire devait avoir abattu la locomotive et le ravitaillement d’un train ennemi; le NCSM Haida a pour sa part détruit 2,5 trains. Après la guerre de Corée, le navire a intégré la flotte anti-sous-marine de la MRC, où il est resté jusqu’à sa mise à la retraite.

Lorsque le NCSM Haida a été mis hors service en 1963, le navire a été sauvé du parc à ferraille par HAIDA Inc., un groupe de professionnels et d’officiers de la Marine retraités, et par la suite exposé à Toronto. En 2003, Parcs Canada a fait l’acquisition du navire et l’a transféré à son emplacement actuel, à Hamilton en Ontario.

Pendant votre visite aujourd’hui

L’équipage du NCSM Haida a fait beaucoup de sacrifices en servant à son bord. Les membres de l’équipage ont renoncé au confort de leur foyer, ne voyaient pas leurs amis et leur famille pendant de longues périodes et risquaient leur vie au combat. Qu’est-ce qui vous motiverait à faire de tels sacrifices? Vous pouvez faire part de vos réflexions à notre personnel et à nos bénévoles.

La vie à bord

Équipage de mise en service initial, 1943
Équipage de mise en service initial, 1943

L’équipage du NCSM Haida venait de partout auCanada. Les hommes se joignaient à l’équipage pour d’innombrables raisons : certains, comme les officiers, étaient des professionnels en milieu de carrière affectés au navire; beaucoup se portaient volontaires pour servir leur pays; d’autres encore s’enrôlaient parce que la marine offrait de belles possibilités. Les membres de l’équipage étaient jeunes et désireux de faire leurs preuves. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’âge moyen d’un marin était de 21 ans; le plus âgé avait la quarantaine.

Le HMCS Haida était rempli de marins, de fournitures et d’équipement. L’équipage comptait entre 225 et 245 hommes : le capitaine et 14 autres officiers, des matelots, des chauffeurs, des mécaniciens, des opérateurs radio, des signaleurs, des codeurs, des cuisiniers, des stewards et d’autres spécialistes. Le navire était en service 24 heures sur 24. Les marins devaient alimenter les chaudières, recevoir les communications, polir le laiton, préparer les repas, se livrer à des exercices et accomplir d’innombrables autres tâches pour maintenir le navire et l’équipage au mieux de sa forme.

La vie à bord était caractérisée par l’isolement et la camaraderie. Le navire pouvait passer des jours, des semaines ou des mois sur la mer. Un marin pouvait attendre des semaines pour recevoir une lettre ou des mois pour obtenir un congé afin de rendre visite à sa famille. L’équipage tissait des liens très forts en vivant et en travaillant ensemble jour après jour.

Les membres de l’équipage couraient toujours le risque de ne pas se rendre chez eux. Les conditions aquatiques et météorologiques menaçaient la vie à bord: le tangage pouvait projeter violemment les marins, causant des blessures. Un combat pouvait survenir à tout moment et durer des heures. Le NCSM Haida a perdu deux hommes au total au cours de sa carrière navale, lorsqu’un canon a explosé pendant un combat.


D'autres langues