Home / Accueil

Les jardins historiques de l'Ontario

Flowers / Fleurs

Souvent oubliés dans l'ombre des grandes demeures, les jardins sont des lieux importants qui renferment une valeur patrimoniale incontestable et ne devraient pas passer inaperçus. Les jardins ont une importance historique certaine, car ils offrent un excellent point de vue sur notre passé du fait qu'ils témoignent de ce qu'était la société à l'époque de leur aménagement.

Toutefois, comme beaucoup de bâtiments et de monuments historiques, les jardins ont tendance à se détériorer et des mesures doivent être prises pour les conserver afin de protéger le passé que nous partageons tous. Pour assurer la conservation des lieux patrimoniaux et protéger la valeur patrimoniale de beaucoup de types d'endroits partout au pays, y compris les jardins, Parcs Canada a publié les Normes et lignes directrices pour la conservation des lieux patrimoniaux au Canada.

En Ontario, la Fiducie du patrimoine ontarien est le principal organisme responsable de la protection des lieux patrimoniaux aux niveaux provincial et municipal. En partenariat avec l'Université de Toronto et les propriétaires de lieux patrimoniaux, la Fiducie a récemment mis sur pied le Programme de conservation des jardins du patrimoine pour entreprendre un travail de restauration et de préservation des jardins patrimoniaux conformément aux Normes et lignes directrices et pour promouvoir l'importance de conserver ces paysages culturels de grande valeur.Fulford Place, Parks Canada / Fulford Place, Parcs Canada

L'une des catégories du Programme de conservation des jardins du patrimoine est la restauration de jardins historiques aménagés. Récemment, la Fiducie a restauré le jardin Olmsted au lieu historique national du Canada de la Place-Fulford, situé au 287, rue King Est, à Brockville. Créé en 1899-1901 par la Olmsted Brothers, une importante firme américaine d'aménagement paysager reconnue pour sa conception de Central Park, à New York, ce jardin se voulait un complément au riche domaine de l'homme d'affaires et entrepreneur Albert W. Fulford. Après des années de négligence, les jardins se sont grandement détériorés et la Fiducie a reconnu leur importance culturelle et la nécessité de les restaurer. Étant donné que seuls les contours des plates bandes géométriques étaient encore visibles, il a fallu faire énormément de recherches dans les archives pour trouver des images et des documents permettant de déterminer les mesures adéquates de restauration à entreprendre au jardin Olmsted. Les travaux ont été achevés en 2004 et une grande partie de l'importance patrimoniale du domaine a été rétablie.

Jesse Ashbridge House, Ontario Heritage Trust / Maison Jesse Ashbridge, Fiducie du patrimoine ontarienLa maison Jesse Ashbridge, située au 1444, rue Queen, à Toronto, est un autre exemple de restauration de jardin historique accomplie par la Fiducie. Il s'agit cette fois-ci de la catégorie des jardins historiques « vernaculaires », ce mot désignant une architecture qui a évolué avec le temps pour mieux répondre aux besoins de la société de chaque époque. Auparavant, la famille Ashbridge entretenait soigneusement ses pelouses et avait fait aménager de vastes jardins de fleurs et de grands potagers; aujourd'hui, le site est formé d'immenses massifs de fleurs. La Fiducie aimerait restaurer cette propriété de manière à lui rendre sa splendeur d'origine en fouillant dans des documents d'archive, tels que des carnets, des lettres et des photographies, susceptibles de montrer à quoi ressemblait le jardin au début du XIXe siècle.

Contrairement à la croyance populaire, ce ne sont pas tous les jardins qui ont des pelouses bien entretenues et des plates-bandes parfaites. Le lieu historique national du Canada Chiefswood, situé dans la réserve des Six Nations, en Ontario, est le lieu de résidence de Pauline Johnson, célèbre poète d'origine canadienne, et demeure un lien entre les cultures anglaise et autochtone. Des restaurations antérieures avaient nui à la valeur historique du lieu, car elles mettaient l'accent sur le caractère anglais de la maison. Durant ces rénovations, on avait planté des graminées (pâturin des prés) et aménagé des pelouses, ce qui donnait au jardin un style typiquement anglais. Pour remettre le jardin dans son état d'origine, il a fallu brûler la pelouse trois étés de suite pour permettre à l'ancienne végétation de repousser à l'état sauvage. Le jardin, qui a heureusement retrouvé son caractère autochtone, est maintenant représentatif de l'histoire.

Chiefswood before restoration, Ontario Ministry of Culture / Chiefswood avant la restoration, Ministre de la culture de l'Ontario Chiefswood after restoration, Scott Weir / Chiefswood après la restoration, Scott Weir

Le temps peut faire beaucoup de dommages à l'apparence d'un jardin. Chaque année, nous dépensons des milliers de dollars pour protéger les lieux patrimoniaux, et il est temps que nous reconnaissions que les jardins forment une part importante de la valeur patrimoniale de bon nombre de propriétés et de domaines au Canada.

Vous aimeriez en savoir plus sur la préservation et la conservation des jardins? Visitez le site Web de la Fiducie du patrimoine ontarien. Vous pouvez également consulter les Normes et lignes directrices pour la conservation des lieux patrimoniaux au Canada. Visitez aussi la vitrine « Garden Voices of Ontario's Historic Gardens » qui met en vedette encore plus de jardins historiques de l'Ontario (lien en anglais seulement).

Sources :

Fiducie du patrimoine ontarien, « Conservation des jardins du patrimoine », site consulté le 26 janvier 2011,

LIENS CONNEXES