La diversité des espèces végétales indigènes est essentielle à la santé des forêts et des prairies. Certaines espèces peuvent menacer l’intégrité écologique, ou la santé, des écosystèmes du parc national Elk Island. Bien souvent, ces plantes problématiques sont envahissantes ou non indigènes, et ont la capacité de se propager rapidement et de supplanter les plantes indigènes.

Certaines plantes ne peuvent pas être mangées par des animaux comme le bison, soit parce qu’elles ont mauvais goût, soit parce qu’elles sont toxiques. En surabondance, ces plantes réduisent la quantité de nourriture dont disposent les animaux du parc en étouffant les espèces végétales indigènes que préfèrent ces animaux. Une plante nocive pour les animaux ou l’environnement est appelée « mauvaise herbe nuisible ». Ainsi, si un bison femelle mange la tanaisie vulgaire alors qu’il est gravide, il peut tomber malade et perdre son veau. Pour prévenir la propagation rapide des mauvaises herbes nuisibles, le personnel applique des herbicides et arrache manuellement les plantes.

Les plantes envahissantes suivantes ont été ciblées au parc Elk Island. Si vous en voyez lors de votre visite, prenez si possible une photo et notez les coordonnées GPS ou la description de l’emplacement, puis envoyez le tout par courriel à elk.island@pc.gc.ca (en indiquant « Plantes envahissantes » comme objet).

  • Euphorbe ésule (Euphorbia esula)
  • Bardane (Arctium spp.)
  • Silène blanc (Silene latifolia)
  • Scabieuse des champs (Knautia arvensis)
  • Tanaisie vulgaire (Tanacetum vulgare)