iḥukcḱin suicmis iiḥciip

 

L’abronie rose, plante vivace des plages maritimes et des dunes côtières exposées, est dotée de feuilles épaisses et charnues en forme de lance dont les tiges rampantes peuvent atteindre plusieurs mètres de long. C’est à la fin de l’été qu’elle offre de jolies fleurs roses densément groupées qui permettent de la distinguer de l’abronie à feuilles larges.


Trois raisons d’aimer l’abronie rose: 

1. Son histoire est fascinante.
Sur le sable, l’abronie en fleurs devant un paysage côtier

Malgré des observations historiques de la plante à seulement trois sites Canada, au centre de la côte ouest de l’île de Vancouver, elle était considérée comme en voie d’extinction (disparue de la flore sauvage canadienne) pendant plus de 50 ans, sa dernière observation datant des annèes 1940. Elle a toutefois été observée à nouveau en 2000 et en 2001 près de Clo-oose sur le Sentier de la Côte-Ouest. 

Sa survie est précaire en raison de la nature changeante de son habitat : les plages de sable. Cet habitat est touché par des marées hautes extrêmes et est d’une grande rareté sur la côte ouest de la Colombie-Britannique. Depuis l’introduction d’une graminée envahissante, les sites favorables à cette espèce sont grandement réduits.  
À la suite de la redécouverte de cette plante très rare au Canada, Parcs Canada a mis en place un programme de rétablissement de l’habitat côtier et a réintégré trois populations permanentes afin d’assurer la pérennité de l’espèce.

2. Elle est semée au gré des vagues et des vents
Graines de l’abronie rose dans la paume d’une main

Les graines de l’abronie rose sont ailées afin de faciliter sa dispersion. Le vent transporte les graines dans l’écosystème sableux et exposé. Elles se posent alors sur leur nouvel habitat ou bien se font balayer par les vagues. L’abronie se reproduit seulement lorsque ses graines passent par une période de dormance forcée puisque leur enveloppe doit d’abord être usée par les éléments avant de pouvoir germer.

Même si sa survie à court terme est incertaine en raison de la fragilité de son habitat, les graines et les fruits résistants de cette espèce permettent de croire en sa survie dans une banque de semences ou lors d’un voyage dans les courants océaniques qui pourraient la mener jusqu’à de nouveaux sites.

3. Espèces phares dans les dunes en rétablissement de la réserve de parc national Pacific Rim.
Fleurs mauves et blanches de liseron des sables sur la plage.
Fleur de l’abronie à feuilles larges sur le sable entourée de ses feuilles vertes.
Élyme des sables sur les dunes.

L’abronie rose et la gesse littorale sont actuellement les seules espèces végétales en péril inscrites sur la liste fédérale qu’on trouve dans les écosystèmes de sable côtiers de la réserve de parc national.  Cependant, ces habitats abritent également une multitude d’autres espèces rares et en danger. La restauration de l’habitat des espèces répertoriées dans la Loi sur les espèces en péril signifie aussi une un habitat de plus grande taille et de meilleure qualité pour d’autres espèces végétales importantes telles que l’abronie à feuilles larges, le liseron des dunes, la gléhnie des plages, la renouée paronyque et l’élyme des sables. De plus, deux espèces en voie de disparition de papillons de nuit (la noctuelle d’Edwards et la noctuelle de l’abronie) ont élu domicile dans ces habitats de la réserve de parc national Pacific Rim.


Trois façons de prendre soin de l’abronie rose

1. Travail intensif de rétablissement
Un employé en uniforme de Parcs Canada installe des plantes dans les duens de sable.
Au cours des dix dernières années, avec l’aide de centaines de bénévoles, des Premières Nations, d’établissements d’enseignement, d’étudiants et d’organismes à but non lucratif locaux, Parcs Canada a restauré 26 % de l’habitat dégradé de l’abronie rose dans la réserve de parc national. Parcs Canada a cultivé 6 000 pousses et 12 000 graines d’abronie rose, qui ont été plantées sur les dunes de trois secteurs de rétablissement. Nous nous assurerons, toujours avec l’aide des bénévoles, des Premières Nations et de nos partenaires, de protéger ces habitats restaurés pour que vous ayez la chance d’admirer cette plante rare à votre prochaine visite dans la réserve de parc national.
Mesures prises par Parcs Canada :

Parcs Canada se charge de l’entretien des sites restaurés dans la réserve de parc national. Malheureusement, les espèces de graminées envahissantes et introduites sont persistantes et il faut constamment les enlever afin de ne pas perdre les progrès que nous avons faits. 

Ce que vous pouvez faire :

Visitez ces endroits avec soin : ne marchez que sur la partie des plages ou des dunes qui est dépourvue de végétation et sur les sentiers existants et évitez de marcher sur la végétation riveraine. 

Envisagez de faire du bénévolat pour Parcs Canada ou de vous joindre à un groupe de conservation local qui participe aux activités de restauration à une plage près de chez vous.

2. Surveillance continue
Jeune volontaire assis dans les dunes de sable à compter les plantes.
Maintenir l’intégrité écologique est une priorité absolue pour Parcs Canada – préserver la santé des écosystèmes demande un travail constant. 
Mesures prises par Parcs Canada:
Chaque été, les scientifiques de Parcs Canada surveillent les populations de plantes du parc national inscrites en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Ils notent tout changement dans le nombre de plantes et la zone couverte, et schématisent les endroits où elles se trouvent. De plus, Parcs Canada, avec la collaboration de plusieurs bénévoles et membres des Premières Nations, a mené des enquêtes sur la fécondité lors desquelles les scientifiques ont compté le nombre de fleurs et de gousses sur les plants. On peut ainsi mieux comprendre les taux de propagation et les conditions de survie de cette espèce au Canada.
Mesures que vous pouvez prendre:

Restez à l’affût des plants d’abronie rose lorsque vous marchez sur la plage. En raison de sa nature saisonnière et éphémère, vous pourriez l’observer sur à peu près n’importe quelle plage sablonneuse orientée au sud-ouest. Si vous croyez en avoir trouvé à un nouveau site, veuillez communiquer avec le Centre de données sur la préservation des espèces de la Colombie-Britannique.  

3. Pour en savoir plus  
Le personnel de Parcs Canada dans les dunes de sable tenant de l’herbe de plage.

C’est en portant attention qu’on apprend. Nous avons beaucoup appris de nos activités de rétablissement des dunes et de propagation, de plantation et de surveillance annuelle de l’abronie au fil des ans.

Mesures prises par Parcs Canada:
Les leçons apprises sur le rétablissement des dunes, sur la propagation et la plantation, et sur les graines recueillies à la réserve de parc national Pacific Rim contribue à la recherche génétique et nous permettent d’assurer la pérennité de ces espèces et de leur génétique au Canada pour les années à venir.
Mesures que vous pouvez prendre:

Lors de votre prochaine visite à la réserve de parc national Pacific Rim, participez à une randonnée guidée de conservation animée par des membres de l’équipe Parcs Canada pour en apprendre plus sur ce rare écosystème et les espèces qui y vivent.

Pour en savoir plus sur l’abronie rose et le rétablissement des espèces en péril :

L’abronie rose – le Registre des espèces en péril

Noctuelle d’Edwards - le Registre des espèces en péril

Noctuelle de l’abronie - le Registre des espèces en péril

Gesse littorale le Registre des espèces en péril