uʔup (mousse ou lichen)

Le lichen est constitué de deux organismes; un champignon et une algue en relation symbiotique. L’hétérodermie maritime est un lichen de couleur vert pâle comportant de minuscules structures reproductives en forme de bleuets ou d’urnes pas plus gros que la pointe d’un crayon bien taillé (1 à 2 mm) qui poussent sur la partie supérieure de son corps (thalles). Le thalle en entier a la grosseur d’une gomme à effacer sur le bout d’un crayon! Elle ne pousse que sur les branches inférieures de vieilles épinettes de Sitka à quelques rares endroits de la côte ouest de l’île de Vancouver. 


Trois raisons d’aimer l’hétérodermie maritime 

1. Elle ne pousse qu’à des endroits très précis.
Rivage rocheux avec des épinettes de Sitka

Les conditions de croissance de l’hétérodermie maritime sont tellement particulières qu’elle a probablement toujours été rare. C’est pourquoi nous devons faire tout en notre pouvoir pour protéger l’habitat dont elle dépend. Cette petite espèce pousse sur les petites extrémités des branches inférieures de vieilles épinettes de Sitka dans les zones côtières protégées à quelques mètres de la ligne de marée haute. Pour survivre, elle doit aussi avoir accès à une source de nutriments marins provenant des déjections des colonies d’oiseaux marins, d’échoueries d’otaries et d’amas coquilliers (amas de coquilles et d’ossements).

2. En l’examinant de près, vous découvrirez ses secrets.
Deux personnes regardant le ravage avec des arbres.

Cette espèce a d’abord été découverte à deux sites bien précis dans la réserve de parc national Pacific Rim au milieu des années 1980. Après des enquêtes supplémentaires au début des années 2000, deux sites supplémentaires ont été ajoutés : un à 130 km au nord de l’île de Vancouver et l’autre au sud, dans l’État de l’Oregon. Aujourd’hui, on compte plus de 12 sites sur la côte ouest de l’île de Vancouver, mais près de 90 % de la population connue est répartie sur cinq de ces sites. La grande majorité d’entre eux se trouvent dans la réserve de parc national. 

3. Une espèce au cachet typiquement côte Ouest.
Les lions de mer sur un ravage rocheux avec un phare en arrière-plan

L’hétérodermie maritime est un exemple fascinant de l’interdépendance de nombreuses créatures terrestres et maritimes. Non seulement est-il essentiel de protéger les arbres et rameaux sur lesquels elle pousse, mais aussi les oiseaux et les otaries qui la nourrissent. Malgré le risque important qui pèse sur ces espèces, nous avons la chance d’en protéger plusieurs au Canada. 

Pour avoir plus de renseignements sur l’otarie de Steller, rendez-vous à l’adresse


Trois façons de prendre soin de l’hétérodermie maritime

1. Protéger son habitat.
Des mains tenant une branche avec un doigt pointé vers le lichen.

Parcs Canada et la réserve de parc national Pacific Rim protègent cinq des douze habitats connus de l’hétérodermie maritime au Canada. Ces emplacements sont ainsi exempts d’exploitation forestière, d’aménagement du littoral, d’élagage d’arbres et de destruction de la végétation.


Mesures prises par Parcs Canada 
La Loi sur les parcs nationaux du Canada protège cette espèce de l’action humaine et Parcs Canada sensibilise activement les visiteurs sur son importance et s’assure que les règlements de protection sont respectés.
Mesures que vous pouvez prendre

Les visiteurs du parc national doivent respecter les zones fermées et ne pas toucher à la végétation. Cela signifie de ne pas entrer dans les zones fermées, de ne pas couper ou briser des branches et de ne pas les ramasser pour faire un feu. 

2. Faire de la sensibilisation.
Lichen sur une branche d’arbre

Les espèces discrètes à brève durée de vie, comme l’hétérodermie maritime, gagnent beaucoup à être connues. En effet, il est important de connaître et de comprendre en profondeur les liens entre les espèces et l’échange de nutriments terrestres et maritimes.


Mesures prises par Parcs Canada

Parcs Canada a mené le développement du programme de rétablissement de l’hétérodermie maritime aux termes de la Loi sur les espèces en péril. Ce programme souligne l’importance de maintenir la population actuelle, de connaître ses besoins en matière d’habitat en plus d’augmenter la recherche et l’éducation publique sur l’espèce.

Mesures que vous pouvez prendre

Faites votre part pour préserver les écosystèmes pour les prochaines générations. Respectez les aires de conservation des sébastes et le Règlement fédéral sur les mammifères marins. Les effets de la pêche et de l’activité humaines sur les mammifères et les oiseaux marins sont beaucoup plus importants qu’on le croit.

3. Surveillance continue des sites connus.
Un employé de Parcs Canada à la recherce de lichen sur une branche d’arbre.

Pour cette espèce, il n’y aura jamais trop de surveillance. Avant les enquêtes importantes menées par Parcs Canada en 2001, on croyait que l’hétérodermie maritime ne se trouvait qu’à deux endroits. 


Mesures prises par Parcs Canada
Les scientifiques de Parcs Canada font de la surveillance continue des sites connus dans la réserve de parc national Pacific Rim. 
Mesures que vous pouvez prendre
Apprenez-en plus sur les espèces rares en péril dans votre région. Si vous croyez avoir trouvé une espèce rare, ne la touchez pas et communiquez avec le Centre de données sur la protection de la nature de la Colombie-Britannique.

Apprenez-en plus sur l’hétérodermie maritime en consultant le Registre des espèces en péril