Construction de ʔapsčiik t̓ašii - Partie 1: Créer un sentier ensemble

Transcription

[Musique]

<> Eh bien, ʔapsčiik

dans notre langue a deux sens.

apsčiik signifie suivre le chemin dans le bon sens.

Vous savez, ʔapsčiik veut aussi dire :

s’assurer de dire la vérité.

Dire la vérité était un enseignement

très important pour notre peuple.

<> ʔapsčiik t̓ašii est un sentier

polyvalent

de 25 kilomètres situé sur

les territoires traditionnels

des Premières Nations Tla-o-qui-aht et

Yuułuʔiłʔatḥ

et dans le secteur de la plage Long de la réserve de parc national

Pacific Rim.

C’est donc 25 kilomètres qui relient

toutes les collectivités de la région,

de Tofino au district d’Ucluelet,

en passant par Tla-o-qui-aht,

et les terres des Yuułuʔiłʔatḥ.

Et c’est en fournissant cette route,

et cette artère,

pour la région que les gens peuvent

découvrir ce que cette région offre,

de la terre à la mer.

C’est un sentier merveilleux

qui reliera

tout le monde.

[Musique]

<> Construire dans une réserve de parc national

n’est pas une chose facile.

Ce n’est pas comme

la construction d’une autoroute ou d’un sentier standard –

il y a tant de choses à prendre

en considération.

Nous collaborons avec nos partenaires des Premières Nations,

examinons les conséquences

environnementales

et étudions les espèces envahissantes,

les amphibiens et les sites archéologiques.

Ainsi, lorsque vous envisagez

d’éloigner le sentier ou de l’approcher d’environ

deux mètres

de l’autoroute,

vous devez vraiment prendre en compte

tous ces différents éléments et y réfléchir à l’avance,

les planifier

et consulter les spécialistes.

<> ʔapsčiik t̓ašii rapproche

les visiteurs des fondateurs de cette

région qui y résident encore aujourd’hui

et qui collaborent avec nous

depuis le premier jour sur ce projet pour nous

aider à comprendre

la voie à emprunter, qui soit non

seulement respectueuse de l’environnement

et protectrice de la région du point de vue culturel,

mais aussi qui

met vraiment le visiteur

en relation avec le vécu des Premières Nations

à même leurs terres ancestrales.

C’est le but de ʔapsčiik t̓ašii,

c’est-à-dire aider les visiteurs à vraiment voir et

comprendre

le contexte des Premières Nations qui vivent

dans cette région.

<> Il y a toujours des baies

et d’autres plantes

que l’on peut grignoter, et la plage

est

très généreuse en fruits de mer.

Vous savez, vous pouvez survivre toute la journée sans

apporter votre repas de la maison et nous tenons

à ce que cela reste ainsi.

Nous voulons que tout dans cet espace reste

aussi naturel que possible.

<> Dans 25 ans, ce projet

changera le paysage de cette

région et servira

de trait d’union entre la réserve

de parc national Pacific Rim,

les Premières Nations

et les districts de la région, ce qui permettra

d’examiner réellement la façon dont nous accueillons

les visiteurs

et protégeons notre région, parce que

que c’est ce que le projet nous a permis de faire –

c’est-à-dire former une seule équipe,

parler d’une seule voix

avec différentes parties,

et pas seulement avec Parcs Canada,

et d’avoir une seule vision.

<> Nous espérons vraiment que

c’est un projet dont un grand nombre de personnes

pourront profiter dans les années à venir... Qu’il pourra servir

à relier les destinations et à rapprocher

les collectivités.

<> Il s’agit non seulement d’avantages environnementaux

et d’occasions

économiques pour

les partenaires autochtones,

mais aussi de l’avantage que procure

une nouveauté dans la région.

<> C’est l’union entre nous, les Premières Nations,

et le parc national Pacific Rim, notre travail ensemble

et notre reconnaissance

de la terre

qui me pousse à dire « ʔapsčiik t̓ašii » – nous allons

dans le bon sens.

Nous nous soudons,

nous marchons ensemble et nous empruntons

la bonne voie.

ʔapsčiik t̓ašii est située à ḥaḥuułi—les territoires traditionnels et terres ancestrales—des Premières Nations Tla-o-qui-aht et YuułuɁiłɁatḥ. Le nom ʔapsčiik t̓ašii signifie « suivre le chemin dans le bon sens ». La collaboration avec les Premières Nations et les communautés de la région est une priorité en ce qui concerne l’aménagement de la piste ʔapsčiik t̓ašii.


Carte | Mises à jour sur le projet | Au sujet du nom | Faits en bref | Séances d’information | Questions-réponses | Contactez-nous


Dernière étape de la construction : « Avancez prudemment »

Du 21 juin 2021 jusqu’à l’achèvement du projet (printemps 2022)

ʔapsčiik t̓ašii est un sentier polyvalent de 25 km situé dans le secteur de la plage Long de la réserve de parc national Pacific Rim. Bien que ʔapsčiik t̓ašii demeure une zone de construction jusqu’à son ouverture officielle prévue au printemps 2022, nous autorisons maintenant l’utilisation des parties terminées de la piste, sous certaines conditions.

Veuillez respecter les avis suivants : 

  • Fermeture Complète : Par ordonnance du directeur, le tronçon compris entre le camping de la Pointe-Green et les aires de stationnement de la plage Long est entièrement fermé en raison de la construction du la dernière section de la piste.
  • Restez sur la piste : Respectez la vie privée des communautés d’Esowista et de Ty-Histanis traversées par la piste; n’y entrez pas et ne les traversez pas sans autorisation. En restant sur la piste, vous protégez également les zones écosensibles.
  • Sécurité Routière : Redoublez de vigilance au passage non contrôlé près de la colline Radar et sur la route Wick.
  • Respectez les travailleurs : Laissez passer les équipes de travail et respectez la signalisation pendant que nous nous affairons à terminer la piste selon l’échéancier convenu. Attendez-vous à croiser des équipes de construction isolées à n’importe quel endroit de la piste. Veuillez être patients et ne passez que lorsqu’ils indiquent que vous pouvez le faire en toute sécurité.
  • Attendez-vous à des conditions de préouvertures, comme des ressources d’entretien limitées et la présence d’équipes de travail et de véhicules le long de la piste.
  • Préparez-vous à apercevoir des animaux.
  • Seuls les vélos électriques à assistance au pédalage de classe 1 sont permis. Voir les lignes directrices à ce sujet.

Carte du trajet de la piste


Mises à jour

  • Juin 2021 : Parcs Canada a retenu les services contractuels d’IWC Excavation Ltd., un entrepreneur choisi au moyen d’un processus de concours, afin d’aménager le dernier tronçon de la piste. Cette section, appelée Wayii, est l’escarpement surplombant la plage Long, entre le camping de la Pointe-Green et les aires de stationnement de la plage Long. Les travaux devraient être achevés à l’automne 2021.
  • D’autres travaux liés aux installations destinées aux visiteurs, à la signalisation et à la restauration se poursuivront jusqu’à ce que le sentier soit achevé en 2022.

Au sujet du nom

Parcs Canada a eu l’honneur de demander aux Aînés des Premières Nations Tla-o-qui-aht et Yuułuʔiłʔatḥ de choisir le nom officiel de la nouvelle piste polyvalente.

ʔapsčiik t̓ašii veut dire « suivre le chemin dans le bon sens ». Le nom a de nombreuses significations selon son emploi.

Il peut faire référence au cheminement de vie personnel – aller dans le bon sens. Se rappeler que nous sommes sur le tašii (chemin), et que nous allons dans le bon sens, fait référence au souci de l’environnement et de toutes les choses vivantes.

« La terre où nous marchons est faite de la poussière de nos ancêtres. Sur le chemin de notre vie, nous y marchons de façon attentive, respectueuse, humble et digne. », disent ensemble les Aînés.

Wayii (qui veut dire « colline ») est le nom que le groupe de travail des Aînés a choisi pour désigner l’escarpement surplombant la plage Long.

Une fois aménagée, ʔapsčiik t̓ašii indiquera d’autres noms d’endroits Nuu-chah-nulth pour s’assurer de reconnaître et d’apprécier l’importance culturelle du secteur qu’elle traverse.


Faits en bref

  • D’environ 25 km de longueur, la piste rehaussera le réseau de sentiers régional.
  • La piste a une largeur de 3,2 m et accotements de 1 m pour le passage sécuritaire des cyclistes et des piétons.
  • Pour la plupart du sentier, cette expérience en forêt offre une zone tampon entre les gens et la route.
  • La piste fournisse accès à de nouveaux points de vue et installations.
  • Le terrain est surtout sans pente raide (sauf au niveau du Wayii et de la courbe en S sur Wick Road) et comprend très peu de traversées de la route (sauf deux traversées sur Wick Road et une sur l’autoroute 4 près de Radar Hill).
  • Le Parcs Canada emploi de pratiques et de stratégies innovatrices pour atténuer les impacts environnementaux et culturels.
  • Des affiches vont aider les visiteurs à découvrir la faune, l’environnement et le patrimoine autochtone de la région.
  • Ce projet est réalisé en consultation et collaboration avec les Premières Nations Tla-o-qui-aht et et Yuułuʔiłʔatḥ.

Séances d’information

Des séances d’information publique ont eu lieu à Tofino, Ucluelet, Ty Histanis et Hitacu, et dans les collectivités des Premières Nations Yuułuʔiłʔatḥ et Tla-o-qui-aht en novembre 2016, juin 2017 et mars 2019. Cliquez sur les liens plus bas pour voir plus d’information sur ces séances.

Juin 2017

Mars 2019 


Questions-réponses

Au sujet de ʔapsčiik t̓ašii
Pourquoi Parcs Canada aménage-t-elle ʔapsčiik t̓ašii?

Les collectivités locales et les visiteurs réclament depuis longtemps l’aménagement d’une piste à travers la réserve de parc national Pacific Rim pour que les Canadiens de tous âges de toutes capacités puissent explorer celle-ci de manière sécuritaire, durable et accessible. Ce projet engendrera aussi des avantages financiers à court et à long terme pour la région et créera un legs durable pour les générations futures.

Qu’est-ce que ʔapsčiik t̓ašii offrira aux visiteurs et aux résidents des environs?

Nous savons tous que, en sortant de la voiture pour nous déplacer à pied ou à vélo, nous enrichissons incommensurablement notre expérience de la nature : nous pouvons humer les odeurs de la forêt, goûter à l’air salin, observer des espèces rares et entendre le rugissement de l’océan pour vivre une expérience incomparable. En explorant la réserve de parc national Pacific Rim par ʔapsčiik t̓ašii ste, les visiteurs et les gens de la région découvriront aussi des raisons d’appuyer la protection à long terme de la flore, de la faune et des espaces sauvages du Canada à l’intérieur et à l’extérieur du réseau de parcs nationaux du Canada.

Quand ʔapsčiik t̓ašii ouvrira-t-elle?

Nous prévoyons que ʔapsčiik t̓ašii sera ouverte au public en 2022. Nous aurons une meilleure idée de la date d’ouverture à mesure que les travaux avancent. En tant qu’intendants du territoire, il nous incombe de veiller à ce que l’aménagement ne devance pas nos obligations juridiques, environnementales et sociales.

La date d’achèvement de 2022 nous permet de mieux tenir compte des conditions et exigences particulières associées à l’aménagement à cet endroit, dans une réserve de parc national, notamment respecter la période de nidification des oiseaux migrateurs, réduire les perturbations pour les visiteurs si possible et composer avec les enjeux associés aux précipitations courantes dans cette région côtière.

De plus, Parcs Canada aura ainsi plus de temps pour travailler avec les groupes des Premières Nations dans la réserve de parc national afin de cerner des retombées économiques potentielles à court et long terme, et s’assurer de respecter les droits issus des traités et les droits affirmés des Autochtones dans la réserve de parc national.

La sécurité des visiteurs est une priorité pour Parcs Canada. Le secteur sera fermé durant l’aménagement et seuls les entrepreneurs et les employés de Parcs Canada y auront accès.

La région et la réserve de parc national accueillent déjà un grand nombre de visiteurs en été. Avons-nous besoin d’une autre attraction dans ce secteur?

ʔapsčiik t̓ašii sera une attraction accessible à l’année qui permettra aux visiteurs de découvrir la réserve de parc national en toutes saisons. Il fera également la promotion d’un moyen écologique, sain et sécuritaire de découvrir et de traverser la réserve de parc national.

Qui participe au projet?

Nous consultons les Premières Nations Tla-o-qui-aht et Yuu³uʔi³ʔathò (Première Nation d’Ucluelet) et travaillons en partenariat avec elles en ce qui a trait à la planification et à l’aménagement de ʔapsčiik t̓ašii. Leur participation et leur appui sont essentiels à la réussite de ce projet. Grâce à leur apport, la piste offrira une expérience culturelle complète à tous les visiteurs de la réserve de parc national pendant bien des années à venir.

Nous avons aussi amorcé des discussions avec les municipalités d’Ucluelet et de Tofino, le district régional d’Alberni Clayoquot et les collectivités locales, les intervenants et les visiteurs.

Faudra-t-il payer pour emprunter ʔapsčiik t̓ašii?

Les droits d’entrée ordinaires s’appliqueront à tous les visiteurs de la réserve de parc national Pacific Rim, sans droits supplémentaires pour utiliser la piste.

Ces droits sont perçus dans la plupart des parcs nationaux et des lieux historiques nationaux, et les recettes y sont réinvesties à l’appui d’installations et de services destinés aux visiteurs. Ainsi, chaque fois que vous visitez un parc ou un lieu historique, vous investissez dans l’avenir de ces endroits importants – et dans un héritage qui sera légué aux générations futures.

Quels effets les travaux d’aménagement auront-ils sur les visiteurs?

Nous nous efforçons de réduire toutes les perturbations pour les visiteurs et les résidents, mais nous nous attendons à des perturbations pour les visiteurs et les gens qui traversent la réserve de parc national pendant l’aménagement de ʔapsčiik t̓ašii. Des mises à jour sur les travaux susceptibles d’avoir des effets sur les visiteurs seront régulièrement publiées sur Facebook et sur Twitter.


Aménagement de ʔapsčiik t̓ašii
Où ʔapsčiik t̓ašii passera-t-elle?

ʔapsčiik t̓ašii, d’environ 25 kilomètres de longueur, s’étendra de la limite sud à la limite nord du secteur de la plage Long de la réserve de parc national entre Ucluelet et Tofino. Elle comportera une courte boucle reliant le centre d’accueil Kwisitis à la route.

La plus grande partie de ʔapsčiik t̓ašii se trouvera près de la route, avec une zone tampon boisée entre les utilisateurs de la piste et les véhicules afin d’assurer la sécurité des visiteurs, d’offrir une expérience naturelle, de profiter des installations nouvelles et existantes, d’éviter les pentes raides et de réduire le nombre de franchissements de la route.

Comment a-t-on choisi le tracé?

Un certain nombre d’études ont été menées, notamment une étude d’impact détaillée, et on a demandé conseil à des experts, aux Premières Nations locales et aux employés de Parcs Canada avant d’entreprendre la planification et la conception du tracé de la piste. C’est en se fondant sur cette information que nous avons choisi un tracé qui a un impact environnemental minimal, assure la sécurité des visiteurs et offre une expérience agréable aux utilisateurs.

L’étude d’impact détaillée a été mise à jour afin de rester un outil précieux durant l’aménagement de la piste. Le public peut prendre connaissance de l’Annexe de l’étude au bâtiment de l’administration de Parcs Canada dans la réserve de parc national Pacific Rim, ainsi que dans les districts d’Ucluelet et Tofino, ou en demander un exemplaire par courriel à pc.pacrim.info.pc@canada.ca.

Toute cette information supplémentaire a contribué à une conception, un tracé et des techniques d’aménagement qui équilibreront les objectifs suivants : réduire les répercussions sur l’environnement et le patrimoine culturel, assurer la sécurité des visiteurs et offrir aux visiteurs des expériences exceptionnelles et enrichissantes

Qu’est-ce qui a été fait jusqu’à présent? (automne 2020) 

En septembre 2020, l’assise du sentier a été en grande partie achevée. Des projets importants ont été réalisés lorsque les conditions environnementales le permettaient, y compris l’installation de trois ponts à portée libre, ainsi que de trois passages sous la route et de 63 passages sous le sentier pour les amphibiens.

La piste est passée de la planification à la réalisation en 2017, après des études environnementales, archéologiques et géotechniques, et un processus de planification rigoureux.

Les travaux de déblaiement ont débuté à l’extrémité nord de la réserve de parc national et comprenaient l’aménagement d’un nouveau stationnement sur la route de la colline Radar. Entre 2017 et 2018, on a fini de déblayer le parcours entre le rocher Incinerator et la plage Long jusqu’à la limite sud de la réserve de parc national.

Parcs Canada a également collaboré avec des ingénieurs et des spécialistes en environnement, archéologie, amphibiens et zones humides. En faisant preuve de souplesse et d’adaptabilité tout au long du processus d’aménagement de la piste, nous avons peaufiné le tracé de la piste afin de réduire le risque d’impacts négatifs sur la réserve de parc national.

Tous les travaux ont été et restent prévus en fonction de la période de nidification des oiseaux migrateurs, et afin d’éviter la présence de poissons dans les cours d’eau et de réduire les répercussions de l’aménagement sur nos visiteurs.

Quels sont les travaux à venir? (automne 2020)

À l’automne 2020, la majeure partie du sentier ʔapsčiik t̓ašii sera pavée, mais il reste aussi d’autres travaux à réaliser avant de l’ouvrir au public. Le dernier grand tronçon à aménager, celui de l’escarpement de la plage Long, sera construit en 2021. Parcs Canada a conclu un marché avec la Première Nation des Tla-o-qui-aht pour le défrichage de la petite zone forestière où passera ce dernier tronçon du sentier ʔapsčiik t̓ašii. Les travaux auront lieu du côté ouest de la route 4, au nord du camping de la Pointe-Green. Les inconvénients causés aux visiteurs devraient être mineurs.

Nous travaillons à terminer les derniers éléments du sentier ʔapsčiik t̓ašii qui permettront d’offrir une expérience sécuritaire et positive aux visiteurs, par exemple les panneaux sur la sécurité, le traçage des lignes, l’aménagement d’aires de repos, les passages pour piétons et d’autres travaux mineurs.

Qu’a-t-on fait des arbres abattus pour ʔapsčiik t̓ašii?

Parcs Canada suit l’orientation « ce qui résulte de l’abattage pour aménager ʔapsčiik t̓ašii (ops- tchîk ta-chi) doit retourner à ʔapsčiik t̓ašii », établie par le groupe de travail des Aînés. Elle utilisera donc les cèdres pour bâtir des éléments sur la piste et remettra les arbres restants aux Premières Nations Tla-o-qui-aht et Yuułuʔiłʔatḥ pour leur propre utilisation. 

ʔapsčiik t̓ašii sera-t-elle asphaltée?

ʔapsčiik t̓ašii est aménagée en ciblant la durabilité à long terme. Le fait d’asphalter la piste prolongera sa durée de vie et réduira considérablement les frais d’entretien et de réparations continus. Une piste asphaltée permettra aussi de satisfaire aux besoins et aux intérêts d’une plus vaste gamme d’utilisateurs, dont les cyclistes, les personnes avec des poussettes et les personnes à mobilité réduite.

Les municipalités locales ont l’intention de prolonger leurs pistes pour les relier à la piste polyvalente dans la réserve de parc national et le fait d’asphalter la partie de la piste qui traverse les limites de la réserve de parc national permettra de les relier facilement.

Pourquoi aménage-t-on un passage contrôlé par les piétons à la colline Radar plutôt qu’une passerelle? 

La sécurité des visiteurs est une priorité pour Parcs Canada. Nous avons examiné plusieurs options pour aider les visiteurs à traverser la route 4 en toute sécurité à la colline Radar et nous avons déterminé qu’une passerelle pour piétons coûterait très cher et exigerait un entretien continu à long terme. 

Un passage contrôlé par les piétons est un moyen rentable de permettre aux piétons de toutes les capacités de traverser et est aménagé à un endroit d’une route très fréquentée qu’il n’est autrement pas sûr de traverser sans assistance en raison du nombre de véhicules ou de leur vitesse. 

La nouvelle infrastructure est en cours d’installation à la colline Radar afin de rehausser la sécurité des piétons et des automobilistes en avertissant ces derniers de ralentir et de s’arrêter pour laisser les piétons traverser la route de manière sécuritaire. 

Comment puis-je me tenir au courant de l’aménagement de ʔapsčiik t̓ašii?

Nous publions régulièrement des mises à jour sur Facebook et Twitter tout au long de l’aménagement de la piste. Ce site Web sera également mis à jour au besoin.


Protection de l’environnement
Comment Parcs Canada compte-t-elle s’y prendre pour protéger l’environnement pendant l’aménagement de la piste?

Une étude d’impact détaillée a été menée avant d’entreprendre la conception et la construction de la pister afin de s’assurer que Parcs Canada comprend clairement les incidences potentielles du projet, et pour établir une feuille de route permettant d’aborder tout risque ou conséquence négative. L’étude d’impact détaillée comprend un certain nombre d’évaluations environnementales, archéologiques et de la sécurité des visiteurs, et constitue le document de référence du projet. Au fur et à mesure que la piste progresse, nous enrichissons nos connaissances de l’écologie de la réserve de parc national et des secteurs où nous devons prendre des mesures d’atténuation. Nous révisons continuellement les informations de l’étude d’impact détaillée, sous forme d’annexes, afin que ces documents continuent d’être utiles durant la construction de la piste.

Que ferez-vous pour prévenir les conflits humains-animaux sauvages sur la piste?

Parcs Canada est déterminée à protéger les loups, les ours, les couguars, les chevreuils et les autres espèces sauvages qui vivent dans la réserve de parc national Pacific Rim, ainsi qu’à offrir aux visiteurs une expérience agréable et sécuritaire. 

La conception de ʔapsčiik t̓ašii tient compte des pratiques exemplaires visant à réduire les rencontres avec la faune sur la piste, notamment : 

  • s’assurer que la piste n’est pas près de tanières ou de secteurs abondamment fréquentés par la faune;
  • concevoir la piste de manière à disposer de lignes de vue claires aux endroits où des animaux pourraient se trouver sur la nouvelle piste afin de donner aux visiteurs et aux animaux le temps de réagir;
  • installer des barrières oscillantes aux points d’entrée afin qu’elles se ferment immédiatement; 
  • communiquer aux visiteurs les pratiques à adopter pour rester en sécurité en présence d’espèces sauvages.

De plus, nos spécialistes de la faune étudient la piste pour mieux comprendre le secteur afin de planifier la prévention des conflits entre humains et animaux sauvages à long terme. Nous demandons en plus conseil au groupe de travail des Aînés, qui se penche en même temps sur la gestion de ces conflits dans toute la région.

Que faites-vous pour repérer et protéger les sites culturels fragiles?

La côte Ouest de l’île de Vancouver est habitée par les humains depuis des milliers d’années. Nous travaillons avec des archéologues et les collectivités des Premières Nations de la région pour mener des études visant à détecter les ressources culturelles, tant autochtones qu’historiques. En cas de découverte d’une ressource culturelle, nous continuerons de collaborer avec les Premières Nations pour évaluer les meilleurs moyens de procéder; le tracé pourrait être modifié au besoin. 

Comment gérera-t-on la remise en état du secteur entourant ʔapsčiik t̓ašii?

Pour assurer la durabilité à long terme de ʔapsčiik t̓ašii, Parcs Canada examinera plus en détail les options de remise en état lorsque la fin des travaux sera en vue. Tout d’abord, l’entrepreneur retenu devra rétablir les zones perturbées le long de la piste à la fin des travaux en 2022 et gérer les espèces envahissantes durant deux ans suivant l’achèvement de la piste.

Comment gérera-t-on les déchets sur ʔapsčiik t̓ašii?

Au cours des mois à venir, Parcs Canada travaillera de près avec les Premières Nations Tla-o-qui-aht et Yuułuʔiłʔatḥ, ainsi qu’avec les collectivités d’Ucluelet et de Tofino pour dresser un plan de l’expérience du visiteur sur ʔapsčiik t̓ašii. Ce plan comprendra des approches à l’égard de la gestion des déchets et de l’affichage pour tenir compte de tous les aspects d’une expérience de grande qualité.

Comment empêchera-t-on les visiteurs de s’éloigner de ʔapsčiik t̓ašii? 

Pour assurer une visite sécuritaire et agréable, Parcs Canada installera des pancartes le long de ʔapsčiik t̓ašii et une clôture le long du terrain de camping de la Pointe-Green et à Esowista. Nous mettrons également sur pied un solide plan de remise en état qui aidera à maintenir les visiteurs sur la piste. 


Contactez-nous

Vous avez des questions? Des commentaires ou des suggestions? Parcs Canada vous invite à lui envoyer un courriel à pc.pacrim.info.pc@canada.ca. Nous serons heureux de vous parler et de vous fournir de plus amples renseignements au sujet de ce projet.