Veuillez consulter les coordonnées ci-dessous pour les demandes médiatiques :

Numéro de téléphone
1-855-862-1812
Courriel
pc.medias-media.pc@canada.ca

Énoncé médiatique — Occupation illégale du parc national Kouchibouguac

MIS À JOUR - 1 avril 2022— Parcs Canada reconnaît que de nombreuses familles et personnes ont été grandement touchées par la pratique passée de l’expropriation lors de l’établissement des lieux historiques nationaux et des parcs nationaux. Les familles et les communautés de ce qui est maintenant le parc national Kouchibouguac demeurent un élément important de l’histoire de cette région du Canada.

Le parc national Kouchibouguac apprécie ses relations de longue date avec les Mi'gmaq, la communauté acadienne et les collectivités avoisinantes. Parcs Canada s’engage à collaborer avec eux en matière de protection des ressources naturelles et culturelles, de développement économique et de sensibilisation du public, de sensibilisation culturelle et d’éducation.

Le rapport La Forest-Roy (Rapport de l’enquête spéciale sur le parc national Kouchibouguac), publié en 1981, a reconnu que, bien que M. John (Jackie) Vautour ne s’est pas conformé à une ordonnance d’un tribunal lui ordonnant de cesser d’occuper le parc national Kouchibouguac, sa présence pouvait être permise sur les terres du parc national, par tolérance, à condition qu’il respecte la loi à d’autres égards et qu’il n’utilise pas le site comme base d’activités contre le parc.

De plus, M. Vautour a signé en 1987 une entente avec la province du Nouveau-Brunswick pour quitter la propriété située dans le parc national. L’indemnisation incluait 110 acres de terres à l’extérieur du parc national Kouchibouguac et un paiement de 228 000 $ (ce qui équivaudrait à approximativement 480 000 $ en dollars d’aujourd’hui). M. Vautour a accepté l’argent et les terres et a signé cette entente, mais a refusé de quitter le parc. La disposition de rester, bien qu’illégalement, dans le parc national s’appliquait uniquement à M. Vautour et non aux autres membres de la famille élargie Vautour.

Avec le décès de M. Vautour, cet arrangement touche également à sa fin et il est maintenant le temps de mettre fin à l’occupation illégale des terres du parc national. Parcs Canada a offert d’aider la famille Vautour à relocaliser ses biens et ses structures à un endroit souhaité à l’extérieur du parc national. Jusqu’à présent, bien que cette offre soit toujours valide, elle a été déclinée.

Parcs Canada a déterminé le 31 mars 2022 comme date limite pour que la famille Vautour retire ses biens du parc national. Maintenant que la date limite est passée, Parcs Canada prendra les mesures nécessaires pour mettre fin, en temps opportun et de manière sécuritaire, à l’occupation illégale du parc national Kouchibouguac.

En ce qui concerne les procédures judiciaires récentes, la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick a maintenu la décision antérieure du tribunal de rejeter la partie de la demande de M. Vautour quant au titre et aux droits autochtones sur le parc national Kouchibouguac.

Les Vautours n’ont actuellement aucune cause devant les tribunaux concernant cette occupation illégale.

La sécurité des visiteurs, des employés et de la communauté est de la plus haute importance pour Parcs Canada. Parcs Canada souhaite que l’occupation se conclue pacifiquement.

Fermeture de la route Loggiecroft au parc national Kouchibouguac

KOUCHIBOUGUAC, (Nouveau-Brunswick), 10 janvier, 2022 – En raison des problèmes persistants que posent les visiteurs qui nourrissent les animaux sauvages au quai de Loggiecroft et des risques pour la sécurité des humains et des animaux, Parcs Canada a décidé de fermer temporairement le chemin Loggiecroft dans le parc national Kouchibouguac.

La route sera fermée du 10 janvier au 31 mars. Parcs Canada surveille la situation de près et la fermeture sera réévaluée au besoin. La sécurité des visiteurs et des animaux sauvages est de la plus grande importance pour Parcs Canada. L’Agence prend des mesures pour promouvoir la coexistence pacifique entre les humains et les animaux sauvages afin d’assurer le bien-être et la sécurité de tous.

Le parc national Kouchibouguac, prend un large éventail de mesures pour réduire les conflits entre les humains et la faune. Jusqu’à présent, le parc a concentré ses efforts sur l'éducation du public en matière de protection de la faune et au maintien de sa propre sécurité, sur le respect des règlements, sur l'application des lois qui protègent la faune et l'intégrité écologique de nos lieux et pour assurer la sécurité des visiteurs.

Il est illégal de nourrir, d’attirer ou de déranger un animal sauvage dans un parc national. Les contrevenants s’exposent à des poursuites en justice et à des amendes pouvant aller jusqu’à 25 000 $ en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada.

Si vous rencontrez des visiteurs qui commettent ces actes, veuillez le signaler immédiatement au personnel de Parcs Canada ou appeler le service de répartition de Parcs Canada au 1-877-852-3100.

Le 17 mai 2021 : Énoncé médiatique

Parcs Canada reconnaît que de nombreuses familles ont été grandement touchées par l’expropriation lors de l’établissement des lieux historiques nationaux et des parcs nationaux par le passé. Les événements du passé et les anciennes communautés du parc national Kouchibouguac demeurent un élément important de l’histoire de Parcs Canada.

À la suite de la publication en 1981, du rapport Laforest-Roy (rapport issu de la Commission spéciale d’enquête sur la création du parc national Kouchibouguac), il a été recommandé, malgré qu’il était clair, que M. John (Jackie) Vautour ne respectait pas l’ordonnance du tribunal à l’époque, que Parcs Canada autorise, par tolérance, sa présence sur les terres du parc national à condition de se conformer à la loi et s’abstenir de se servir de sa demeure comme base d’activités contre le parc.

Compte tenu le décès de M. Vautour, Parcs Canada est d’avis qu’il est maintenant temps de mettre fin respectueusement et paisiblement à l’occupation au parc national.

Parcs Canada a proposé de rencontrer Mme Vautour pour discuter de la façon dont l’Agence peut contribuer à une transition pacifique hors du parc national, y compris le déplacement des matériaux, des articles personnels et des structures. Parcs Canada fournira de l’aide à la famille si cela peut leur être utile. Cette offre se tient toujours.

L’Agence a respectueusement demandé que l’occupation prenne fin dans un délai raisonnable.

En ce qui concerne la poursuite par M. Augustine, d’une revendication judiciaire du titre autochtone sur le parc, Parcs Canada continuera de suivre les procédures judiciaires normales.

Le 14 avril 2021 : Énoncé médiatique

Parcs Canada reconnaît que de nombreuses familles ont été grandement touchées par l’expropriation lors de l’établissement des lieux historiques nationaux et des parcs nationaux par le passé. Les événements du passé et les anciennes communautés du parc national Kouchibouguac demeurent un élément important de l’histoire de Parcs Canada.

L’Agence Parcs Canada s’est engagée à s’assurer que les Canadiens et Canadiennes aient la possibilité d'apprendre toute l'étendue de notre histoire commune, y compris les périodes difficiles qui font partie de notre passé. Les sites administrés par Parcs Canada visent à fournir une vue d’ensemble complète et équilibrée de l’histoire du Canada, laquelle comprend diverses perspectives, y compris celles des peuples autochtones et des anciens résidents déplacés par l’expropriation.

Parcs Canada révise actuellement le plan directeur du parc national Kouchibouguac. Une fois achevé, ce document-cadre officiel orientera les décisions et les interventions de l’Agence dans son mandat de protection, de mise en valeur et d’opérations du parc pour les dix prochaines années. La participation et la consultation du public sont des outils essentiels qui permettent aux anciens résidents, à leurs familles, aux individus et aux groupes de contribuer à la vision qui guidera la gestion future du parc. L’Agence encourage tous les anciens résidents et ceux qui ont des liens avec les communautés autrefois situées dans le parc, à partager ce qui est important pour eux afin que leurs points de vue uniques puissent être intégrés aux futures décisions de gestion.

Dans cet esprit, Parcs Canada continue de travailler avec de nombreux groupes pour honorer le passé, tout en se tournant vers l’avenir du parc national Kouchibouguac.

Comme la famille a maintenant déclaré publiquement que Mme Vautour a déménagé pour être avec sa famille, l'Agence a contacté Mme Vautour pour lui offrir toute l'aide nécessaire en cette période difficile liée à la perte de son mari et nous avons offert de déplacer ses biens et ses structures à un endroit souhaité à l'extérieur du parc. En même temps, nous lui avons offert de l’aide pour obtenir un espace, si désiré, pour l’enterrement de M. Vautour dans le cimetière qui se trouve dans le parc.

Les sites administrés par Parcs Canada — dont le parc national Kouchibouguac — sont une source de fierté pour tous les Canadiens et toutes les Canadiennes. L’Agence valorise sa relation avec tous les anciens résidents du parc national Kouchibouguac et s’engage à collaborer avec eux en matière de protection des ressources naturelles et culturelles, de développement économique et de sensibilisation du public, de sensibilisation culturelle et d’éducation.