Les effets des changements climatiques sur les lieux administrés par Parcs Canada sont complexes, et l’Agence s’est engagée à intégrer dans son travail des mesures d’atténuation et d’adaptation.

Projets en cours

Nous travaillons à protéger les ressources et à améliorer les infrastructures des visiteurs à Kejimkujik.

Projets réalisés

Parcs Canada investit trois milliards de dollars dans la remise en état de l’infrastructure des lieux historiques nationaux, des parcs nationaux et des aires marines nationales de conservation du pays. Cet investissement quinquennal (2017-2022) sans précédent contribue à la conservation et améliore l’expérience du visiteur en créant des espaces sûrs et accueillants pour divers groupes de visiteurs.

Réhabilitation des sentier – Kejimkujik Bord de mer

Achèvement : printemps 2022

La réparation et le réalignement du réseau de sentiers de bord de mer de Kejimkujik assureront une meilleure résilience contre les phénomènes de lessivage et d'érosion grâce à sa conception, avec des sentiers durables éloignés des zones vulnérables à l'érosion côtière.

Les dommages causés au sentier Harbour Rocks et au sentier Port Joli Head à la suite de l'ouragan Dorian (2019) comprenaient l'érosion côtière et le sapement des sentiers, les emportements, les rochers éparpillés et la perte de la surface du promontoire.

Quels seront les changements visibles à Kejimkujik Bord de mer?

Les visiteurs auront la chance de découvrir de nouveaux panoramas, en particulier des vues sur la baie de Port Joli à partir de l’anse Boyd et des vues surplombant les plages de sable blanc de la baie de St. Catherines River en approchant la plage de Harbour Rocks.

Du côté de la conception, la remise en état du sentier améliore l’adaptabilité au climat et renforce la sécurité des visiteurs et de la faune en tenant compte des éléments ci-dessous :

  • un tracé qui évite les endroits le long de la côte qui sont vulnérables à l’érosion;
  • un tracé qui évite les secteurs abrupts ou mouillés;
  • l’installation d’éléments comme des passages rocheux, des fossés de captage, des gradins et un aménagement en plan de marche pour encourager une évacuation des eaux optimale et détourner l’eau de la surface du sentier;
  • un tracé qui évite les aires d’alimentation de l’ours noir;
  • un tracé qui évite de longues étendues de plages de galets.
Réseau solaire

Achèvement : printemps 2022

L’Agence Parcs Canada s’efforce de réduire ses émissions de gaz à effet de serre au parc et lieu historique Kejimkujik par l’installation d’un système photovoltaïque de 100 kW. L’investissement dans l’énergie solaire est un excellent exemple de mesures d’atténuation des changements climatiques et de leadership en matière d’environnement et constitue une étape essentielle pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les détails du projet

L’installation du système photovoltaïque au parc :

  • générera 12 000 KWh/mois d'énergie renouvelable, assez pour compenser la consommation d'électricité des campeurs au terrain de camping de la Baie Jeremy
  • réduira les émissions de gaz à effet de serre de Kejimkujik d’environ 17 % (96 tonnes par année)
  • réduira les émissions de gaz à effet de serre d’environ 3 300 tonnes pendant la vie du projet, soit l’équivalent du retrait de quelque 1 035 voitures des routes pendant un an;
  • compensera la consommation en électricité du parc en dehors de la saison touristique;
  • sera situé près de la ligne électrique principale, sur un terrain dégagé et non utilisé;
  • renforcera l’expertise et l’élan pour soutenir les prochains projets énergétiques.
Foire aux questions
Qu’est-ce que le projet de panneaux solaires au parc Kejimkujik?

Grâce à l’appui financier du Fonds pour un gouvernement vert, un système photovoltaïque (panneaux solaires) centralisé compensera les besoins en électricité des campeurs du terrain de la baie Jeremy du parc national et lieu historique national Kejimkujik. L’installation est prévue ce printemps et la mise en marche, au printemps 2022. Le système sera situé près de la ligne électrique principale, sur un terrain dégagé et non utilisé, et sera relié au réseau de Nova Scotia Power par un compteur d’énergie nette.

À combien s’élèvent les coûts associés au projet d’énergie solaire du parc Kejimkujik?

Parcs Canada a reçu 589 400 $ du Fonds pour un gouvernement vert du Secrétariat du Trésor pour installer un système photovoltaïque de 100 kW raccordé au réseau dans le parc national et lieu historique national Kejimkujik afin de compenser la consommation en électricité des campeurs et de réduire les émissions de gaz à effet de serre du parc.

D’où proviennent les fonds?

Le Fonds pour un gouvernement vert, géré par le Centre pour un gouvernement vert, fait partie des mesures de lutte contre les changements climatiques mises en place par le gouvernement du Canada. Dans le cadre de cette initiative, le gouvernement assure la promotion et la mise en commun d’approches novatrices visant à réduire les gaz à effet de serre (GES), en plus de financer les projets de réduction des émissions de GES des ministères et des organismes fédéraux.

Le Fonds cible principalement les projets qui devraient réduire les émissions de GES découlant des activités fédérales, qui mettent à l’essai ou en œuvre des approches novatrices pouvant être reprises ou adaptées dans un ou plusieurs ministères, et qui cherchent des solutions dans les domaines où la réduction des GES se révèle particulièrement difficile. Le financement du Fonds est assuré les ministères et les organisations qui génèrent plus d’une kilotonne de GES par année découlant du transport aérien.

Quelle quantité d’électricité sera produite par le système de panneaux solaires?

La consommation en électricité mensuelle des 200 emplacements avec électricité au camping de la baie Jeremy est de 12 000 kWh. Pour obtenir une compensation complète, il faut donc utiliser un système photovoltaïque de 100 kW, composé de 250 panneaux de 400 W, et avoir une moyenne de 4 heures d’ensoleillement direct par jour. Comme le terrain de camping n’est pas ouvert toute l’année, le système d’énergie solaire compensera la consommation en électricité du parc en dehors de la saison touristique.

À quel point les émissions de gaz à effet de seront-elles réduites?

Au parc national et lieu historique national Kejimkujik, la distribution de l’électricité est assurée par Nova Scotia Power, un réseau à forte intensité de carbone. Tout effort visant à compenser, par des intrants d’énergie renouvelable, la demande d’électricité produite à partir de charbon dans la province devrait immanquablement permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le remplacement de 100 kW d’électricité produite à partir du réseau par de l’électricité produite à partir de l’énergie solaire entraînera une réduction du CO2 de 96 tonnes par année. On prévoit donc une réduction de 3 377 tonnes pendant les 35 années de vie du système photovoltaïque. Par conséquent, pendant la durée de ce projet, Parcs Canada verra une réduction de ses émissions de gaz à effet de serre d’environ 3 300 tonnes.

Pont piétonnier aux Chutes Mill

Achèvement : automne 2021

Parcs Canada a remplacé le pont piétonnier flottant à l’aire de fréquentation diurne des Chutes-Mill par un nouveau pont piétonnier permanent et résilient au climat.

Les caractéristiques techniques et les culées du nouveau pont modulaire prêt à l’emploi tiennent compte de la planification de l’adaptation aux changements climatiques et permettent à la structure de résister à des variations importantes causées par le débit des eaux d’orage et la charge exercée par le vent.

L’installation du pont piétonnier permanent aux chutes Mill permettra d’avoir un accès fiable en toute saison à plusieurs sentiers, notamment au nouveau sentier polyvalent Ukme’k.

Terrain de camping de la baie Jeremy

Achèvement : printemps 2021

Le gouvernement du Canada a investi plus de 10 millions de dollars afin d’améliorer les installations destinées aux visiteurs au parc national et lieu historique national Kejimkujik et de leur offrir ainsi une expérience moderne et inclusive en toute sécurité.

Principaux travaux d’amélioration :
Nouveaux blocs sanitaires 

Dix nouveaux blocs sanitaires (toilettes et douches) au terrain de camping de la baie Jeremy offrent une expérience moderne et sûre aux visiteurs du Kejimkujik. 

La nouvelle conception comprend un corridor commun, cinq salles individuelles où l’on trouve derrière une porte à verrou une toilette, un lavabo et une aire de soins personnels, ainsi que trois salles de douche fermées par une porte à verrou. Tant les salles de toilette que les salles de douche présentent des caractéristiques pour tenir compte de l’accessibilité et des familles : porte avec bouton-poussoir, mains-courantes, bancs, pommeaux de douche à hauteur ajustable, tables à langer pour bébé et une table à langer pour adulte.

Nouvelle installation efficace de traitement de l’eau et des eaux usées

Les travaux comprenaient la rénovation des installations souterraines de traitement des eaux usées du terrain de camping et la construction d’une installation de traitement de l’eau pour que ces systèmes correspondent aux normes.

Nouvelles unités

Il y a maintenant cinq unités Ôasis à la Pointe Jim Charles. Perchés dans les arbres surplombantla plage Kedge, ces unités sur pilotis en forme de goutte d’eau sont  chauffées et sauront plaire à une nouvelle clientèle. Par ces nouvelles unités, le parc national et lieu historique national Kejimkujik poursuit la diversification de son offre d’hébergement, qui compte le village d’oTENTik, chauffées, et les chalets rustiques. La yourte à Jake's Landing fait encore partie de l’offre. Grâce aux améliorations apportées, les visites pendant la saison intermédiaire seront des plus agréables. On encourage tout de même les visiteurs à continuer d’apporter des vêtements et sacs de couchage chauds pendant la saison intermédiaire.

Nouveau sentier à usage partagé

Un nouveau sentier, le premier aménagé au parc national et lieu historique national Kejimkujik depuis des dizaines d’années, relie les aires de fréquentation diurne et le terrain de camping. Le projet comprenait l’apport d’améliorations aux sentiers existants ainsi que l’aménagement d’un nouveau sentier qui propose des options pour le vélo de montagne (p. ex. éléments naturelles qui peuvent facilement être évités, bosses, bermes et terrains rocheux).

Le nom du sentier, Ukme’k (prononcé ouk-mék) signifie « sinueux » en mi’kmaq, s’inspire du parcours créé par le sentier en suivant la rivière Mersey. Il donne aux visiteurs l’occasion de découvrir le paysage culturel mi’kmaq le long d’une rivière d’importance historique et culturelle.

Travaux archéologiques connexes

Comme le parc national Kejimkujik est le seul parc national qui est aussi un lieu historique national (qui met en valeur le paysage culturel des Mi’kmaq), il est essentiel d’effectuer, avant toute construction, des travaux archéologiques. Avant le début des travaux de construction, des archéologues ont effectué une série de sondages pilotes dans le secteur pour vérifier s’il y avait des ressources culturelles ou des artéfacts. Le cas échéant, ils ont été récupérés et préservés.

Dans le cadre des projets d’infrastructure réalisés au cours des cinq dernières années au parc national et lieu historique national Kejimkujik, Parcs Canada et les Mi’kmaq de la Nouvelle-Écosse, représentés par le bureau de négociation Kwilmu'kw Maw-klusuaqn (KMKNO), ont mis au point et appliqué un modèle de collaboration en archéologie. La réalisation des travaux d’archéologie liés aux nouvelles installations du terrain de camping de la baie Jeremy a permis de solidifier et de développer ce modèle de collaboration. La participation active de KMKNO et des groupes des Premières Nations aux travaux archéologiques a renforcé la relation entre Parcs Canada et les Mi’kmaq.

Les leçons tirées des découvertes archéologiques sont importantes non seulement en ce qui a trait à la conservation, mais aussi en ce qui a trait à la protection et à la mise en valeur. Les sites archéologiques et les artéfacts que l’on y trouve nous aident à comprendre l’importance de ces lieux, leur histoire et les personnes qui y ont vécu et travaillé, et ces connaissances, à leur tour, orientent notre travail d’interprétation à l’intention des visiteurs.

Plus d'information sur l'archéologie