La région des Mille-Îles désignée comme zone importante pour les amphibiens et les reptiles

MALLORYTOWN, ONTARIO, Le 8 décembre, 2020 – La région des Mille-Îles, y compris le parc national des Mille-Îles, a été désignée zone importante pour les amphibiens et les reptiles (IMPARA) par la Société d’herpétologie du Canada. Le mandat de la Société d’herpétologie du Canada est d’encourager la conservation des reptiles et des amphibiens du Canada, qui forment ensemble l’herpétofaune, et la recherche à leur sujet. « Herptile » est un terme utilisé pour décrire les reptiles et les amphibiens. Les reptiles et les amphibiens sont deux types d’espèces qui vivent dans des habitats semblables et qui ont de nombreux traits en commun.

Les désignations IMPARA sont accordées à des régions et à des zones qui ont une valeur et une importance spéciales pour la conservation de la biodiversité des amphibiens et des reptiles ainsi que des espèces en péril. L’écosystème des Mille-Îles visé par la désignation se trouve à l’intersection de l’arche de Frontenac et de la vallée du fleuve Saint-Laurent, et il est délimité par le fleuve Saint-Laurent, le lac Charleston et la rivière Gananoque. Ces grands plans d’eau sont alimentés par de nombreux petits lacs et ruisseaux qui, ensemble, créent une gamme dynamique de milieux humides où vivent des espèces de reptiles et d’amphibiens rares et variées. Le scinque pentaligne, la tortue ponctuée et la rainette faux-grillon de l’Ouest ne sont que quelques-unes des nombreuses espèces rares et menacées qu’abrite l’écosystème des Mille-Îles. La perte d’habitat, la mortalité routière et la contamination de l’environnement constituent des menaces majeures pour les reptiles et les amphibiens, dont un grand nombre d’espèces sont menacées ou en voie de disparition. Environ 10 % des terres de la zone IMPARA des Mille-Îles sont protégées par des parcs fédéraux et provinciaux, des offices de protection de la nature, des universités et des fiducies foncières.

Parcs Canada aide à contrer les principales menaces qui pèsent sur les reptiles et les amphibiens en prenant d’importantes mesures de conservation coordonnées à l’échelle d’un vaste paysage. Le parc national des Mille-Îles fournit un habitat à une grande variété de reptiles et d’amphibiens, dont dix espèces de serpents et de lézards, cinq espèces de tortues, dix espèces de grenouilles et de crapauds et six espèces de salamandres. Bon nombre de ces espèces sont en péril, y compris la couleuvre obscure, l’un des plus grands serpents au Canada. Les populations de couleuvre obscure au Canada sont limitées à deux petites régions de l’Ontario : l’écosystème des Mille-Îles et la rive nord du lac Érié. Le programme de rétablissement et d’éducation portant sur les reptiles et les amphibiens du parc (le projet R.A.R.E.) contribue à la protection des tortues – en prélevant des œufs et en relâchant les bébés tortues dans les cours d’eau des Mille-Îles –, de la rainette faux-grillon de l’Ouest, de la couleuvre obscure ainsi que du scinque et des salamandres.

De plus amples renseignements sur les zones IMPARA au Canada sont disponibles auprès de la Société d’herpétologie du Canada (anglais seulement).

Renseignements :

Bruce MacMillan
Agent en communications et relations avec le publique
Baie Georgienne et l’Est de l’Ontario
Parcs Canada
(613) 246-1950